Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Aller en bas

Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  Bernard le Sam 1 Mar - 22:06

Ce sujet pour vous demander votre avis sur ce sujet dont on ne mesure peut être pas encore la portée, mais qui risque de créer pas mal de problèmes lié au droit international. Après tout, pourquoi d'autres peuples ne demanderaient pas eux même l'indépendance ? Vaste débat auquel je vous demande de participer !

Bernard

Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 42
Section : Beauvais
Ville : Beauvais
Date d'inscription : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  aber le Dim 2 Mar - 18:48

La plupart des déclarations d'indépendances sont unilatérales au départ. La décolonisation Française a eu lieu en grande partie par cette voie là et a posteriori personne ne remet en cause la légitimité de chaque territoire qui a retrouvé son indépendance (l'Algérie, l'Indochine, le Maroc et l'Inde par exemple).
Le droit international est en effet à double tranchant. Il peut protéger les peuples qui souhaitent l'autodétermination mais aussi les pays colonisateurs qui ne veulent pas trouver d'accords amiables.
Le problème c'est quand chacun campe sur ses positions de nombreuses années après la création du nouveau pays(par exemple le cas d'Irsraël qui n'est pas encore réglé). Malheureusement, c'est très difficile de connaître par anticipation les scissions qui seront pérennes et celles qui ne le seront pas.

En général, lorsque la scission se termine amicalement et par des accords de coopération et d'accompagnement, même si il a fallu une guerre pour y arriver, cela ne pose pas de problème. Par exemple la République d'Irlande et la Grande Bretagne sont alliées, la plupart des pays qui ont été colonisés par la France en Afrique ont encore de nos jours des accords privilégiés avec la France.

Lorsqu'une scission intervient entre deux peuples voisins qui ont des visions très différentes du monde (ou des idéologies différentes), les conflits peuvent perdurer sur le long terme. Le cas d'Israël est typique. De même, les Grecs sont toujours pleins de ressentiments envers les Turcs, bien que l'effondrement de l'Empire Ottoman soit déjà assez ancien (moins d'un siècle certes mais on n'en est quand même plus si loin). La Grèce est d'ailleurs le seul pays d'Europe où il est interdit de construire des mosquées. Cela montre l'ampleur du traumatisme.

Revenons au Kosovo. La situation y est très complexe car il faut comprendre la situation dans les Balkans. Le Kosovo est un petit territoire certes mais les serbes qui sont très nationalistes et belliqueux (l'éclatement de l'ex Yougoslavie l'a bien illustré) y sont très attachés. Les Serbes situent la bataille fondatrice du Peuple Serbe au Kosovo. Il s'agissait là aussi d'une guerre d'indépendance contre l'Empire Ottoman et les Serbes estiment que les albanais (de même que les bosniaques) représentent, ce qu'il reste à leur voisinage de l'Empire Ottoman. Il s'agit donc comme pour les Grecs d'une vieille rancoeur.
De plus, donner le Kosovo aux Albanais ne revient pas à un simple découpage par majorité ethnique puisque même au Kosovo, il y a deux zones où les Serbes sont majoritaires (une au nord du Kosovo, à la frontière avec la Serbie, et l'autre au Sud, dans les montagnes). A ce propos il faut rappeler que les Serbes sont très hostiles aux américains et européens qui ont soutenu la création de la Bosnie Herzégovine alors que les serbes y représentent 31% de la population et sont majoritaires sur 49% du territoire. Ils estiment donc avoir été divisés volontairement par des forces extérieures et ont le sentiment de revivre la même injustice. De ce fait, les Serbes ne souhaitent pas se rapprocher puis se fondre à l'Union Européenne contrairement aux Craotes, aux Serbes et aux Albanais et aux Macédoniens.

Rappelons à ce propos que le problème de la Bosnie Herzégovine est loin d'être réglé. La Bosnie Herzégovine est une confédération rénissant une Fédération Croato Musulmane et une République Serbe de Bosnie Herzégovine. Chacune des entités, la Fédération Croato Musulmane et la République Serbe de Bosnie Herzégovine, a sa propre Constitution, son armée, sa police et gère ses relations internationales... Evidemment la Fédération Croato musulmane se sent plus proche de la Croatie alors que la République Serbe de Bosnie Herzégovine se sent plus proche de la Serbie et Monténégro. C'est d'ailleurs pourquoi une administration civile avec un haut représentant des nations unies y assume le pouvoir depuis 1995... Il y a toujours près de 12000 soldats de l'EUFOR qui y assurent la sécurité en complément de forces de police placées sous la tutelle de l'Union Européenne. De plus, la Bosnie Herzégovine est devenu le pays le plus pauvre d'Europe, avec 40% de chômeurs, un marché au noir représentant 50% du PIB, une mafia omniprésente. De ce fait chaque communauté souhaite de plus en plus un redécoupage des frontières de ce qui apparaît de plus en plus comme un semblant de pays.

Rappelons aussi qu'en 2001 les macédociens ont eux aussi du faire face à la guérilla albanaise de l'UCK mais qu'en Macédoine, l'OTAN a pris fait et cause pour les macédociens et a engagé 3500 hommes pour neutraliser l'UCK. Cette force, renommée Proxima en décembre 2003, est commandée par les français. Les Serbes se demandent donc pourquoi est-ce qu'on défend l'intégrité territoriale de la République de Macédoine et pas la leur (la raison principale étant bien entendu le début d'épuration ethnique). Touefois, cela aussi renforce leur frustration et leur sentiment d'injustice.

De plus, leurs alliés historiques, leur grands frères, les russes, sont de plus en plus puissants et sont en prise en Tchétchénie avec des guerrias islamistes qu'ils combattent avec une violence inouïe sans presque que l'on en parle dans les médias. Les Russes soutiennent donc le combat contre les rebelles musulmans porté par les Serbes.

De mon point de vue, la poudrière des Balkans est toujours bien plus instable qu'on ne l'entend dans les médias et n'a besoin que d'une étincelle pour exploser à nouveau.

Le pari de l'Europe est d'absorber le plus vite possible la République de Macédoine (nom contesté par les Grecs), la Croatie, la Bosnie Herzégovine, l'Albanie et le Kosovo (voire le Monténégro) pour assurer durablement la paix dans la région et isoler les Serbes. Si ce calcul était payant, les Serbes isolés et complètement enclavés (si le Monténégro adhère à l'UE) dans l'Union Européenne finiraient bien, eux aussi, par y adhérer.

Comme diraient les britanniques : "Wait and See".
Cela qui peut dire aujourd'hui avec certitude comment les choses vont tourner dans les Balkans est un devin et moi je n'en suis pas un.

aber

aber

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 42
Section : COMPIEGNE
Date d'inscription : 08/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  aber le Dim 2 Mar - 18:57

En fait, j'oubliais.

Maintenant que le Kosovo est indépendant, la Voïvodine, au Nord de la Serbie et Monténégro, ancienne province autonome jusqu'en 1989, date à laquelle Milosevic a décidé d'y mettre fin, pourrait bien elle aussi réclamer plus d'autonomie. La différence c'est qu'en Voïvodine, les Serbes sont majoritaires, même si 27 nationalités sont représentées, dont une majoritée est maintenant intégrée à l'Union Européenne.

aber

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 42
Section : COMPIEGNE
Date d'inscription : 08/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  aber le Dim 2 Mar - 19:13

Je viens de me rendre compte que ta question était ouverte aussi aux autres peuples.
je pense donc que tu fais allusion aux Basques, Corses, Ecossais, Catalans, ...
De mon point de vue si les nouveaux Etats qui étaient créés adhéraient dès leur création à l'Union Européenne, le problème serait quasiment anecditique. En effet, de mon point de vue, l'Union Européenne ne peut fonctionner que si l'on se dirige vers la constitution d'un Etat Fédéral. Sinon l'ensemble manquera de coordination et ne pourra pas fonctionner politiquement, militairement et même du point de vue de la sécurité intérieure. Le meurtre décourvert à la frontière de la Belgique et des Pays Bas met clairement en évidence qu'une police fédérale ne serait pas un luxe.

De plus, pour que l'Union Européenne fonctionne mieux, il faut toujours plus de règles communes à l'ensemble des Etats membres.

Par conséquent, toujours de mon point de vue, le traité simplifié est une étape indipensable pour l'Europe suite à l'échec du référendum. Il est important qu'un pays seul ne puisse plus bloquer les autres car plus on est nombreux, plus l'intérêt du plus grand nombre peut nuire à celui d'une partie de la communauté. De plus, il arrive de plus en plus souvent qu'un pays mette des conditions (souvent des subventions) à son vote pour telle ou telle mesure et cela non plus ne peut plus durer.

aber

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 42
Section : COMPIEGNE
Date d'inscription : 08/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  Bernard le Dim 2 Mar - 22:34

On touche là à un problème fondamental : celui d'Etat-Nation.
Si l'on suit l'exemple kosovar pour la Corse ( peuplée d'environ 400 000 habitants dont 150 000 "continentaux") doit on également faire un partage du territoire corse ?
De fait, l'identité nationale est comme un oignon : elle est plurielle et se décompose en plusieurs strates, plusieurs couches... a laquelle doit on s'arrêter ?
Pour les Balkans, on en vient presque à regretter l'Autriche Hongrie ! L'intégration au sein de l'UE peut être une solution mais encore faut il que ces peuples aient une volonté de vivre ensemble, car nous allons passer de l'Etat Nation à la Méta Nation, organe plus où moins identifié, ne voulant plus rien dire. Je crois plus en une confédération européenne qu'en une fédération européenne. Je me sens Français, il y a des valeurs qui font que je n'ai pas envie d'être perdu dans un grand Tout.
Qui plus est, l'UE est en train de perdre son essence et ne devient plus qu'une AELE sans projet. hormis l'économie, où est le grand dessein européen ? Où est le sentiment d'appartenance à un même continent ? Les nouveaux entrants l'on bien compris par une idée que l'on peut résumer ainsi : " l'UE pour le chèque et l'Otan pour le choc". Je crains qu'il n'y ait plus de vrai projet européen...

Bernard

Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 42
Section : Beauvais
Ville : Beauvais
Date d'inscription : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  aber le Lun 3 Mar - 2:38

Je pense que l'Europe n'ose plus afficher ses ambitions car elle sait que si un seul état membre dit non au traité dit simplifié et c'en est quasiment définivement fini du projet Européen. L'Euro même n'aura plus aucun sens. L'Europe des Nations aura triomphé et le projet européen sera mort.
Par contre si le traité passe, on n'aura plus autant besoin de ménager le chou et la chèvre et on pourra discuter plus librement des ambitions européennes. Il n'y aura plus alors besoin d'un consensus général pour faire passer les textes.

En ce qui concerne la Corse c'est un faux problème pour 2 raisons:
- La majorité des Corses souhaite rester Français. Le fait que les corses aient voté majoritairement contre l'autonomie partielle proposée par Sarkozy le prouve.
- Chaque Etat faisant sécession est évidemment peuplé d'une minorité importante de ressortissants du pays dont il se sépare. C'est d'ailleurs toujours un point difficile à gérer après la séparation car cela génère immanquablement un important exode de population. Toutefois, il est possible qu'un certain nombre de continentaux accepterait assez facilement de devenir corse en cas de sécession, de même qu'un certain nombre de corses vivant en métropole ne verrait aucun inconvénient à prendre la nationalité française. De plus, le jeu des doubles nationalités pourrait simplifier le problème.

Le problème serait de mon point de vue plus épineux pour la Catalogne et le Pays Basque car il y a une volonté plus forte de la population pour l'indépendance, surtout côté Espagnol en ce qui concerne le pays basque. De plus, pour la région autonome de Catalogne notamment, la population sait qu'elle enrichit l'Espagne et qu'elle peut facilement équilibrer un budget par elle même. Dans le cas de la Corse c'est le contraire.

En ce qui concerne les Balkans, je ne vois pas pourquoi on devrait regretter l'Autriche Hongrie puisque c'est justement en grande partie à cause de l'Autriche Hongrie que les Balkans ont explosé après l'assassinat de l'Archiduc François Ferdinand (Franz Ferdinand ça ne vous dit rien musicalement?), héritier du trône le 28 juin 1914 à Sarajevo (capitale de la Bosnie Herzégovine qui avait été annexée seulement 6 ans plus tôt). Cela avait je le rappelle servi de prétexte au lancement de la première guerre mondiale. Non, je ne vois vraiment pas pourquoi on devrait regretter l'Autriche Hongrie. Cette entité n'a existé qu'une cinquantaine d'année (de 1867 à 1918) mais si elle avait duré un peu moins, cela n'aurait peut être pas été un mal pour l'humanité.

Enfin, je ne me sens pas en mesure ce soir de donner une définition à l'identité nationale. Je passe mon tour à Brice Hortefeux. Je vais y réfléchir pour une prochaine fois.

aber

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 42
Section : COMPIEGNE
Date d'inscription : 08/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  Bernard le Lun 10 Mar - 12:38

En ce qui concerne l'Autriche Hongrie, c'était une boutade. Mais force est de constater que la supranationalité est un concept qui revient à la mode avec l'Europe... Les Habsbourg l'avait compris mais le temps était alors celui des nationalismes...
Concernant l'Europe, j'ai peur que nous ne soyons plus que dans un projet strictement économique. Je crains qu'il n'y ait plus jamais de défense commune... Les Britanniques restent rétifs à toute idée de mutualisation des moyens ( sans parler des nouveaux entrants) et l'Otan, hélas, reste et restera pendant longtemps l'horizon indépassable de la défense européenne. C'est un problème, car, comme disait tonton Carl : " La guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens". Mais ces moyens nous font défauts. Les tentatives de forces européennes ( comme l'Eurocorps), servent surtout pour la parade et il n'y a aucun moyen de projection crédible sans l'aide des USA. Pour preuve ? La mission de lUE au Congo Kinshasa a besoin des structures otaniennes. Si les USA mettent leur veto à un déploiement européen, nous devrons sagement rester dans nos casernes...
Autre exemple patent : les acquisitions d'armements. Il y a 3 modèles de chasseurs ( Rafale, Eurofighter, Gripen) en Europe. Et 10 pays européens financent le nouveau chasseur F-35. Autant de sommes qui partent chez l'oncle Sam plutôt que d'irriguer la recherche et développement européenne. Danger supplémentaire, un avion ( comme un char ou tout autre armement sophistiqué ) ne s'achète pas seul, il fait parti d'un système d'armes. Et le programme F-35 peut réussir là où le F 16 avait échoué : tuer où mettre sous tutelle une partie de notre défense.
C'est pour cela que je crois que le projet européen, dans ce domaine comme dans d'autres, est déjà mort. Le sentiment d'appartenance à une Communauté de destin, chère aux Fondateurs, a disparu. Le traité ne répond pas à un souci métanational, mais à un souci de ne mécontenter personne. Il est donc bancal dès sa conception.
L'image qui est également donnée pour son adoption ( vote des chambres contre le référendum) est également désastreux au point de vue de l'image donnée. Les gens ont l'impression que l'on s'est assis sur leur opinion et que l'on a fait passer le texte par dessus leur tête. Comment dans ce cas là les faire adhérer au projet européen ? Comment, quand les politiques mettent la quasi totalité de leurs échecs sur le dos de l'Union, faire voter nos concitoyens pour un projet flou, mal vendu, et que l'on arrête pas de critiquer entre deux élections ? L'Europe doit se réinventer, et ce n'est pas ce traité qui le permettra...

Bernard

Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 42
Section : Beauvais
Ville : Beauvais
Date d'inscription : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  aber le Mar 11 Mar - 0:51

Quand la volonté du peuple va contre le sens de l'histoire ou contre l'intérêt du peuple, il est du devoir des gouvernants d'aller contre l'opinion publique.

Aller toujours dans le sens du peuple cela s'appelle de la démagogie et on sait bien aujourd'hui à quel point cela est dangereux pour un pays (surtout pour ses finances d'ailleurs et donc pour les finances de tous en fin de compte). Ceux qui veulent du pouvoir d'achat ont donc tout intérêt sur le long terme à éviter de voter pour des démagogues.

La gestion des finances publiques Française a été confiée pendant plus de 20 ans à des démagogues, élus par la volonté du peuple, et on en voit bien les conséquences catastrophiques aujourd'hui et pour les générations futures. La démagogie conduit inévitablement à l'imprévoyance voire à l'inconséquence pour obtenir des résultats à court terme. Bizarrement, les gens qui votent le plus facilement pour des démagogues sont aussi ceux qui critiques le plus les investisseurs qui recherchent un maximum de profit en un minimum de temps sans tenir compte des conséquences que cela peut avoir sur leur propre pays et donc sur eux-même... Pourtant leurs comportements sont si comparables...

De toute façon si le projet européen échoue, l'avenir qui ne s'annonce déjà pas brillant se transformera en une douloureuse épreuve. Espérons quand même qu'on n'en reviendra pas à se mettre sur la gu....

aber

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 42
Section : COMPIEGNE
Date d'inscription : 08/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  Bernard le Mar 11 Mar - 1:55

Certes, mais un projet comme peut l'être le projet européen ne se fera pas sans les peuples, sans au moins l'assentiment éclairé d'une partie de la population. Le pouvoir d'achat est une bien belle chose, surtout lorsque l'on en est pourvu, mais n'oublions pas la maxime de Pierre Desproges ( on a les références que l'on peut ! ) : " les aspirations des pauvres ne sont pas si éloignées des réalités des riches". L'Europe a faillit a sa mission : celle d'incarner un idéal, celle de faire en sorte qu'une communauté de destin puisse s'exprimer.
L'économie en a décidé autrement et l'impéritie de nos gouvernants à fait le reste : le projet européen, beau, noble, s'est éteint comme une chandelle face au vent. l'Europe est une idée d'avenir, et qui entend bien le rester...
Le problème de la démagogie est à mon sens un tout autre problème, lié à l'éducation des gens. Il est de notre devoir de montrer que l'Union sert à autre chose que le simple calibrage de la taille des bananes... Le MoDem doit avoir une visée européiste si je puis dire, comme d'aures ont des visées atlantistes, mais n'est il pas déjà trop tard pour sauver le soldat Europe ?

Bernard

Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 42
Section : Beauvais
Ville : Beauvais
Date d'inscription : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kosovo :une mèche supplémentaire à la poudrière des Balkans?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum